Le 4/28/2021

Guide de référence du marché américain de la robotique agricole

Des aspects complexes du financement, du développement et de l'adoption de machines autonomes, à l'importance des solutions polyvalentes, quatre experts nous dévoilent ce que l'industrie doit savoir sur l'introduction des technologies agricoles en Amérique.

L'agriculture est un secteur clé aux États-Unis. Le Ministère américain de l'Agriculture rapporte qu'en 2019, on comptait 2,02 millions de fermes américaines et un total de 897 millions d'acres de terres agricoles. La même année, ces fermes ont réalisé 193,3 milliards de dollars de ventes de cultures au comptant.

S'il est tentant de penser que l'industrie agricole américaine est bien financée et qu'elle dispose d'un personnel suffisant, les agriculteurs du pays luttent comme partout ailleurs contre la hausse des coûts, la diminution des marges et la pénurie de main-d'œuvre. L'automatisation, malgré ses contraintes, offre une solution viable. De nombreux producteurs ont déjà saisi l'occasion d'adopter les dernières innovations techniques. C'est une opportunité pour les fabricants de gagner gros sur le marché, à condition d'être à la hauteur.

Lors du FIRA Open Day 2021, la table ronde « Un aperçu du marché américain de la robotique agricole » a réuni un panel d'experts qui a pu examiner les complexités du financement, du développement et de l'introduction de la robotique et d'autres machines autonomes pour les agriculteurs américains. La discussion était menée par Julie Peyrache, Responsable des investissements chez CAPAGRO, en sa qualité de modératrice de la table ronde. Les participants Praveen Penmetsa, CEO de Monarch Tractor, Gabriel Youtsey, CIO à l'Université de Californie, Walt Duflock, vice-président de l'innovation chez Western Growers, et Alain Pincot, dirigeant de Betteravia Farms, ont partagé leurs points de vue respectifs.

Le marché de l'automatisation existe et les startups y investissent

« Si vous regardez les 60 dernières années, le nombre d'exploitations agricoles aux États-Unis a chuté de près de 40%, et la taille des exploitations a augmenté de plus de 40%. Nous avons donc moins de grands exploitants qu’il y a quelques décennies, et cela a eu un impact significatif sur la main-d’œuvre », explique Duflock.

« Pour être plus précis, il existe deux types de travailleurs agricoles : les travailleurs salariés et les travailleurs agricoles familiaux, et leur nombre à tous deux a diminué de façon massive au cours des 50 dernières années. La baisse globale de la main-d’œuvre est de 68% dans les deux catégories. Ce qui se passe, c’est que les grands exploitants achètent les fermes familiales et qu’ils ne remplacent pas les travailleurs agricoles de la famille par des travailleurs agricoles embauchés. Ils les remplacent par beaucoup d’automatisation. "

Comme un petit nombre de grandes exploitations spécialisées continuent de dominer le paysage de l’industrie, ces chiffres s’avèrent particulièrement attrayants pour les entreprises de robotique agricole qui veulent tester leurs prototypes, résoudre des problèmes et fidéliser les clients dans un marché où les bonnes machines peuvent avoir un impact profond. Cependant, pour développer la bonne machine, les fabricants doivent souvent surmonter certains obstacles.

Dans la catégorie de l’automatisation des récoltes, par exemple, Duflock affirme que de nombreux efforts sont entravés par l’investissement d’argent, de temps et d’expertise. Les fonds d’investissement diminuent rapidement lorsque l’équipement doit être construit à partir de zéro.

« Malgré des centaines de millions de dollars d’investissements dans des startups et des centaines de lancements de startups sur plus de dix ans, construire ce genre de choses est difficile, et cela prend beaucoup de temps," dit-il. « L’un des plus grands défis de la récolte est que chaque culture a besoin de son propre robot. Ce qui fonctionne pour les pommes ne fonctionne pas pour les fraises, et ce qui fonctionne pour les fraises ne fonctionne pas pour les citrons."


Intervenants de la table ronde "Vue d'ensemble du marché américain de la robotique agricole", lors du FIRA Open Day 2021

Les agriculteurs adoptent volontiers l’automatisation lorsqu’elle répond à leurs besoins

Une façon d’atténuer ces problèmes est de mettre l'accent sur la collaboration. Avec la bonne équipe de spécialistes, d’investisseurs, de développeurs et d’ingénieurs, le processus a tendance à se dérouler plus facilement. Il est particulièrement important que des solutions soient élaborées en associant ceux qui comprennent la technologie à ceux qui connaissent bien l’agronomie.

Youtsey cite l'exemple de Blue River Technology, une société qui a travaillé avec l'Université de Californie à Davis pour mettre au point une solution de désherbage qui a finalement été achetée par John Deere. L'outil a nécessité ce que Youtsey appelle des « collaborateurs peu communs » pour contribuer à l'objectif commun.

L'Université de Californie tente maintenant de reproduire ce mode de fonctionnement en s'associant à Western Growers pour identifier les domaines où les solutions technologiques souffrent souvent de goulots d'étranglement, et déterminer comment une chaîne d'approvisionnement unie peut surmonter les problèmes potentiels. Tout commence par la mise en commun des compétences d'un large éventail de professionnels experts dans leurs domaines respectifs.

« Nous essayons vraiment d'obtenir un meilleur accord préconcurrentiel entre les universités, les startups, les entités gouvernementales et les grandes entreprises établies afin de collaborer sur des choses qui ne peuvent vraiment pas être réalisées en vase clos par une petite start-up », dit Youtsey.

« Cela doit se faire de manière plus systématique dans tous les secteurs. Réunir ces collaborateurs peu communs sera essentiel pour avancer, et c'est ainsi que nous essayons de résoudre le problème. »

À mesure que la robotique agricole et les technologies qui en résultent deviennent plus applicables aux agriculteurs en répondant à leurs besoins les plus urgents, leur taux d'adoption commence à augmenter. Chez Betteravia Farms, Pincot a constaté un retour sur investissement pour les machines autonomes qu'il a achetées afin de désherber son exploitation à Santa Maria, en Californie. Les économies de main-d'œuvre ont été un atout majeur, car il est de plus en plus difficile de trouver des travailleurs.

« Nous remplaçons des équipes de 10, 12 et 18 personnes par des machines qui se déplacent sur le terrain », explique Pincot, qui souligne qu'il s'agit là de son principal objectif lorsqu'il adopte des technologies autonomes. « Ce que nous voyons actuellement en termes d'automatisation, cependant, c'est que l'équipement qui est autonome ne remplace pas forcément plusieurs personnes. Nos producteurs s'inquiètent un peu du fait que certaines de ces machines remplacent simplement un conducteur de tracteur. "

« Le concept d'autonomie est très utilisé actuellement », ajoute-t-il. « C'est presque un mot à la mode. En tant que producteurs, nous ne savons pas si « l'autonomie » telle qu'elle est présentée aujourd'hui est notre préoccupation immédiate. Ce que nous aimerions voir dans les cinq prochaines années, ce serait des solutions dans la récolte de légumes où, pour le moment, tout est fait à la main. L'objectif pour nous est de pouvoir remplacer des équipes entières de personnes éprouvées. C'est notre priorité numéro un. »

Les entreprises qui surmontent les problèmes de données, de durabilité et d'accessibilité gagnent la confiance des clients

Si le secteur de la robotique agricole s'est surtout concentré sur les technologies permettant d'économiser de la main d’œuvre, les agriculteurs américains attendent avec impatience que des machines autonomes s'attaquent également à d'autres problèmes. L'évolution constante vers une plus grande sécurité des données, la durabilité environnementale et l'accessibilité des produits sont au cœur des préoccupations.

« Il ne suffit pas d'un tracteur autonome pour résoudre les problèmes », affirme Penmetsa. « Nous devons trouver comment automatiser les tâches, qu'il s'agisse de la récolte, de la plantation, de la culture et toutes les autres activités qui se déroulent sur le terrain. Cela dit, les agriculteurs sont également confrontés à d'autres défis. Ils font l'objet d'une surveillance accrue du point de vue de la réglementation et de la conformité.

Par exemple, poursuit Penmetsa, les consommateurs sont de plus en plus conscients de la provenance de leurs aliments et de la manière dont ils ont été produits. Les grands détaillants alimentaires ont également pris le train en marche, désireux de satisfaire leurs clients en exigeant des agriculteurs et des producteurs qu'ils respectent des règles strictes en matière de durabilité, de données et de traçabilité des aliments.

« Lorsque vous ajoutez le travailleur aux exigences de durabilité et de données, vous obtenez ce tiercé qui engendre un effort supplémentaire pour l'agriculteur », dit Penmetsa. « De plus, l'un des défis que nous constatons également est que l'économie agricole ne permet pas actuellement d'utiliser des machines de plusieurs millions de dollars. Cela limite considérablement le nombre de personnes qui peuvent accéder à la technologie. La technologie doit être accessible et évolutive. »

Conscients de ces enjeux, les fabricants trouvent des moyens créatifs de résoudre les problèmes et d'instaurer la confiance. Une pratique de plus en plus courante consiste à fournir un service d'assistance complet. Non seulement les entreprises loueront des machines coûteuses, mais elles les feront également fonctionner, elles collecteront et analyseront les données, et s'associeront avec des fournisseurs tiers si nécessaire pour gérer tous les aspects du projet du début à la fin.

Cette approche peut être un sursis bienvenu. Elle évite aux agriculteurs d'avoir à embaucher et à former des exploitants hautement qualifiés, à gérer des ensembles de données et à travailler en dehors de leurs compétences. En fin de compte, les agriculteurs américains et les producteurs du monde entier ont le même objectif. Ils veulent travailler de manière plus intelligente et plus rentable avec moins d'efforts. Les fabricants qui peuvent ainsi servir leurs clients ont le pouvoir de maîtriser n'importe quel marché.

« En définitive, je pense que nous aurons besoin de plus en plus de ces solutions robotiques car les ouvriers agricoles deviennent de plus en plus difficiles à trouver et que le vieillissement de la main-d'œuvre est réel », dit Duflock. « Les choses coûtent de plus en plus cher, ce qui va obliger les agriculteurs à réagir de manière économique. Je suis optimiste car nous réussissons toujours à faire plus avec moins, et qu'il y a des acteurs sur le terrain qui font le travail. Ils profitent de cette opportunité. »

Duflock souligne que Mondavi est un fabricant de premier plan qui crée des solutions autonomes à grande échelle, tout en saluant les fournisseurs de services à plus petite échelle qui peuvent aider les exploitants régionaux. Il faut les deux pour que le secteur réussisse.

« Un tiers de ce problème est résolu par la technologie et les deux tiers sont résolus par la stratégie de commercialisation que les startups doivent mettre en œuvre », déclare Duflock. « C'est exactement là où les choses doivent aller, et je suis impatient. »

Catégories : #Marchés
Auteur
  • Karli Petrovic
    Essayiste à KPwrites.com